Festival L'imprudanse - Isadora Duncan

Concept Jérôme Bel

  • vendredi 01/04/2022 : 19h00
  • Durée : 1h00
 La page du spectacle
Achat en ligne
  • Chorégraphie : Isadora Duncan

    Avec : Elisabeth Schwartz, et, en alternance, Sheila Atala, Chiara Gallerani, Jérôme Bel

    Avec cette pièce conçue pour Elisabeth Schwartz, Jérôme Bel poursuit la série des portraits de danseur·se·s initiée en 2004, en se concentrant sur la figure d’Isadora Duncan dont elle est une spécialiste.

    A la différence de Véronique Doisneau, Cédric Andrieux et Pichet Klunchun and myself, Jérôme Bel dresse ici pour la première fois le portrait d’une chorégraphe décédée, prenant appui sur son récit autobiographique, Ma Vie. Jérôme Bel découvre sous le personnage romanesque une chorégraphe visionnaire, qui, par sa grande liberté d'expression, privilégiant la spontanéité et le naturel, apporte les bases de la danse moderne, à l'origine de la danse contemporaine. Mêlant les registres discursif et sensible, moments parlés et solos dansés, le spectacle ravive le souvenir de la danse libre en associant le savoir chorégraphique à l’expérience du spectacle. Mis en lien avec les préoccupations de Jérôme Bel sur la danse comme levier d’émancipation, l’enseignement d’Isadora Duncan ici réactivé permet d’affirmer l’actualité de son potentiel critique. Pour des raisons écologiques, aucun déplacement n’est effectué en avion pour les tournées de cette pièce. Une version est créée à New York, par téléconférence, avec la danseuse Catherine Gallant. (Florian Gaité, pour le Festival d’Automne à Paris 2019)

    La danseuse et chorégraphe américaine Isadora Duncan, pionnière absolue de la danse moderne, incarne une liberté nouvelle, non seulement pour l'art chorégraphique mais également pour la condition féminine. En effet, sa vie tumultueuse, qui fit d'elle une héroïne, fascina son époque, contribuant probablement au rayonnement extraordinaire de son nom et de sa légende dans le monde. Avec ses pieds nus, ses fines tuniques « à la grecque » et ses mouvements « libres », c'est-à- dire affranchis de toute technique connue, elle imposa une nouvelle idée de la danse qui repose sur l'invention, l'improvisation et l'harmonie du corps et de l'esprit. À sa suite, chaque chorégraphe devra trouver son « langage » personnel.

    La presse en parle

    "Duncan, c’est le mouvement perpétuel, disait alors Élisabeth Schwartz, l’oscillation permanente. L’élan y est premier avant la forme. Il y a quelque chose d’immédiatement accessible dans son mouvement épidermique, une émotion portée par un corps féminin libre et sensuel. Elle a dansé avec son corps de femme à tous les âges. C’était quelqu’un de généreux, sa danse l’est comme sa vie." France Culture

    (...) La danse d’Isadora Duncan est militante et elle est d’avant-garde. Sans ses pieds nus, sans ses longues tuniques d’inspiration grecque, ni Le sacre du printemps, ni Pina Bausch, n’auraient vu le jour. Visionnaire, moderne et engagé, tout est juste dans le geste d’Isadora Ducan. Pour continuer à ce que cette danse soit dansée il faut transmettre. C’est la fonction des « isadorables ». C’est la première fois que Jérôme Bel dresse le portrait d’une chorégraphe disparue. Il fallait donc un corps pour porter les pas. Et c’est Elisabeth Schwartz qui campe ce rôle. Toute la culture

  • Distribution

    • concept : Jérôme Bel
    • chorégraphie : Isadora Duncan
    • avec : Elisabeth Schwartz, et, en alternance, Sheila Atala, Chiara Gallerani, Jérôme Bel

    Mentions Obligatoires

    • production : R.B. Jérôme Bel
    • coproduction : La Commune centre dramatique national d’Aubervilliers, Les Spectacles Vivants - Centre Georges Pompidou (Paris), Festival d’Automne à Paris, R.B. Jérôme Bel (Paris), Tanz im August/ HAU Hebbel am Ufer (Berlin), BIT Teatergarasjen (Bergen) avec l’aide de : CND Centre National de la Danse (Pantin) dans le cadre de l’accueil en résidence, MC93 (Bobigny) et Ménagerie de Verre (Paris) dans le cadre de Studiolab, pour la mise à disposition de leurs espaces de répétitions
    • R.B. Jérôme Bel reçoit le soutien de la Direcion régionale des affaires culturelles d'Île-de-France - Ministère de la Culture, de l'Institut Français - Ministère des Affaires Etrangères - pour ses tournées à l’étranger et de l'ONDA - Office National de Diffusion Artistique - pour ses tournées en France
    • conseil artistique et direction exécutive : Rebecca Lasselin administration : Sandro Grando


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.