Georges Dandin ou le mari confondu

Mise en Scène Michel Fau | C.I.C.T - Centre International de Créations théâtrales | Théâtre des Bouffes du Nord

  • vendredi 04/02/2022 - 20h30
  • Durée : 1h30
 La page du spectacle
Achat en ligne
  • Michel Fau s’empare de cette comédie de mœurs intemporelle pour faire entendre la « musique » grinçante de Molière. Pièce immorale puisque le mal triomphe, cette critique sociale fait mouche à tous les coups car la férocité de Molière n’a d’égale que la musique savante de Lully, toutes deux promptes à nous divertir.

    Sept comédiens - dont Michel Fau dans le rôle-titre -, quatre chanteurs et huit musiciens de l’Ensemble Marguerite Louise mettent en abîme cette fable à la fois douloureuse, burlesque et obsessionnelle, dans une esthétique baroque et cauchemardesque totalement assumée. Où tout chatoie, déborde de couleurs et de formes : scénographie, décors, costumes, perruques, accessoires… Une fête pour nos yeux et nos oreilles tant la prose de Molière est délicieuse et riche de contrastes entre langage familier et noble. Elle nous conte l’histoire d’un riche paysan cupide et odieux qui épouse la fille d’un gentilhomme de campagne et échange sa fortune contre un titre. Sauf qu’en exigeant de son épouse une fidélité totale, il oublie une règle fondamentale : son mariage est un marché où l’amour n’a pas lieu d’être. Entre divertissements et intermèdes musicaux, la tragédie furieuse est en marche et bientôt le piège se referme sur le pauvre Dandin… car ni la particule ni l’argent ne feront son bonheur !

    La presse en parle

    Un conte féroce à la morale délicieusement amère, où Molière mélange la comédie de mœurs, la critique sociale et la tragédie. Un divertissement, dans lequel les intermèdes musicaux et la pastorale chantée, mise en musique par Lully, viennent en contrepoint de la farce. Accompagné d’un grand orchestre baroque, Michel Fau assume une mise en scène cauchemardesque, intense. "Même si la pièce reste immorale puisque le mal triomphe, elle dit avant tout que l’on peut tout acheter sauf l’amour… c’est là qu’elle reste intemporelle", affirme-t-il. Léa Paredes - La Depeche.fr

    Michel Fau choisit de mettre en scène la version du 18 juillet 1668, dans laquelle la comédie se mêle à la pastorale chantée pour le Grand Divertissement royal de Versailles, offert par Louis XIV à la cour pour célébrer la paix d’Aix-la-Chapelle. « Dans ce conte féroce Molière mélange différents genres théâtraux : la farce gauloise, la critique sociale, la comédie de mœurs, la tragédie furieuse… tout cela porté par la partition savante de Lully. Cette satire en musique n’est faite que de contrastes : un langage familier et populaire côtoie un langage recherché et noble », remarque le metteur en scène qui choisit un traitement déjanté et extravagant de cette fable burlesque et grinçante. Catherine Robert - Journal La terrasse.fr

    “George Dandin ou Molière peint au noir” Jean-Pierre Vincent met en lumière la cruauté de la fausse comédie de Molière, George Dandin ou le mari confondu.(...)De la comédie de mœurs à la comédie sociale et politique, Jean-Pierre Vincent tire un fil qu’il ne lâchera plus. Tout au long des scènes qui se succèdent, on assiste au grand jeu éternel du pouvoir et des castes, ceux-ci défendant bec et ongles leurs privilèges, ceux-là voulant à leur tour y accéder ; chacun méprisant l’autre, mais chacun cherchant à en profiter. Le tout sur fond ­d’égoïsme, de cynisme, de (fausse ?) bonne conscience. La Croix

  • Distribution

    • Comédie en musique de Molière et de Lully
      • Mise en scène : Michel Fau
      • Direction musicale : Gaétan Jarry
      • Costumes : Christian Lacroix
      • Décors : Emmanuel Charles
      • Lumières : Joël Fabing
      • Maquillage, Coiffes et Perruques : Véronique Soulier Nguyen avec la collaboration de la Maison Messaï
      • Assistant à la mise en scène : Damien Lefèvre
      • Assistant costumes : Jean-Philippe Pons
      • Stagiaires assistants à la mise en scène : Barthélémy Fortier et Sacha Vilmar
    • Avec :
      • Alka Balbir : Angélique
      • Armel Cazedepats : Clitandre
      • Michel Fau : George Dandin
      • Philippe Girard : Monsieur de Sotenville
      • Florent Hu : Lubin
      • Anne-Guersande Ledoux : Madame de Sotenville
      • Nathalie Savary : Claudine
    • 4 chanteurs en alternance
      • Cécile Achille / Caroline Arnaud : soprano
      • Juliette Perret / Virginie Thomas : soprano
      • David Ghilardi / François-Olivier Jean : ténor
      • Virgile Ancely / David Witczak / Cyril Costanzo : baryton
    • 8 musiciens de l’Ensemble Marguerite Louise en alternance
      • Emmanuel Resche-Caserta : dessus de violon et direction
      • Liv Heym / Tami Troman / David Rabinovici : dessus de violon
      • Satryo Yudomartono / Maialen Loth / Patrizio Germone : haute-contre de violon
      • Robin Pharo / Marion Martineau / Marie-Suzanne de Loye : viole de gambe
      • Sébastien Marq / Victoire Felloneau / Julien Martin : flûte
      • Lucile Tessier / Evolène Kiener / Niels Coppale : basson et flûte
      • Etienne Galletier / Marco Horvat : théorbe
      • Gaétan Jarry : clavecin et direction
      • Clément Geoffroy : clavecin

    Mentions Obligatoires

    • Production C.I.C.T. - Théâtre des Bouffes du Nord
    • Coproduction Théâtre de Suresnes – Jean Vilar ; Opéra Royal – Château de Versailles ; Théâtres en Dracénie, scène conventionnée art et création-danse ; Spectacles ; Théâtre de Caen ; Atelier Théâtre Jean Vilar – Louvain-la-Neuve ; Festival de Sablé - L'Entracte, scène conventionnée ; Théâtre de Compiègne.
    • Action financée par la Région Ile-de-France
    • Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
    • Remerciements Opéra national de Paris- Direction Stéphane Lissner ; Opéra National de Bordeaux


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.