Festival L'imprudanse - Légende

Kelemenis & Cie | chorégraphie Michel Kelemenis

  • samedi 26/03/2022 : 16h00
  • Durée : 1h00
 La page du spectacle
Achat en ligne    
  • Le chorégraphe Michel Kelemenis ouvre un livre d’images où le réel côtoie le merveilleux pour nous alerter sur la disparition de l’espèce animale à la surface de la terre. Un questionnement écologique sous la forme d’une fable accessible à tous, une danse métaphorique portée par des archéologues agiles, des artistes de foire, tout à la fois danseurs et acrobates.

    Ça scintille et ça virevolte, ça apparait et disparait comme par magie sous les feux des projecteurs et des fumigènes ! Mais derrière cet écran de fumée illusoire, le propos de la nouvelle création dédiée au jeune public et aux familles nous alarme sur la disparition du monde animal. Sur le monde devenu factice et froid. Il faut toute l’inventivité de Michel Kelemenis pour éveiller nos consciences, sans dramatiser, en imaginant un bestiaire revivifié par l’incongru, l’insolite, le burlesque ou l’inachevé. Là, dans un espace de légèreté bercé par le souffle du vent, les danseurs glissent, miment, effleurent le sol, s’élancent, empruntent des postures parfois étranges : un monde mouvant s’anime, d’humains et de bêtes mêlés, dans un halo de lumières maitrisées par des robots-projecteurs. Des partenaires de jeu aussi indispensables que la musique d’Angelos Liaros-Copola et de Camille Saint-Saëns (Le Carnaval des animaux) qui vient sublimer la chorégraphie. La danse, espiègle et parfois elliptique, est comme un long ruban musical déployé en combinaisons facétieuses par quatre jeunes interprètes - deux hommes, deux femmes - totalement investis. Par l’effet papillon de leurs mouvements et de leurs déplacements, le quatuor forme un tout indissociable qui opère à la manière de doux prestidigitateurs pour que la danse réinvente l’eau, la terre et l’air. Soudain la balade poétique cède la place aux rythmes disco et à l’ambiance pailletée, et les corps vibrionnant s’en donnent à cœur joie ! L’exubérance est joyeuse, à peine irrévérencieuse, comme une invitation « à célébrer la vie comme un miracle ».

    La presse en parle

    C'est ma quatrième pièce à destination du jeune et du tout public. Elle tient un propos environnemental et parle de la désagrégation de la planète par l'homme : j'imagine un futur suffisamment lointain, dans lequel les animaux ne seraient plus que des légendes. Je viens de choisir la musique, et je commencerai à travailler avec les danseurs en décembre, ou avant, avec chacun d'entre eux, selon la situation sanitaire. (l'entretien a été réalisé avant l'intervention d'hier d'Edouard Philippe). La Provence

  • Distribution et Mentions Obligatoires

    • Pièce pour 4 danseur·euse·s :
      avec Maxime Gomard, Aurore Indaburu, Hannah Le Mesle, Anthony Roques
    • Coproduction :
      Théâtres en Dracénie – Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création-danse, Draguignan. Théâtre Durance - Scène conventionnée d’intérêt national de Château-Arnoux Saint-Auban. Théâtre Municipal de Roanne. Théâtre du Gymnase à Marseille. Pôle en Scènes à Bron. Opéra de Saint-Étienne. Scène nationale Châteauvallon - Liberté à Toulon, Théâtre des Salins - scène nationale de Martigues. Théâtre municipal Ducourneau de la Ville d’Agen, Centre Culturel Michel Manet à Bergerac, Théâtre du Briançonnais, Opéra de Massy, Les Hivernales - CDCN d’Avignon, MAC - Maison des Arts de Créteil, La Barbacane - Scène conventionnée pour la musique de Beynes, Pavillon Noir - ballet preljocaj à Aix-en-Provence


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.