Abd Al Malik

Le jeune noir à l'épée

Vendredi 15 novembre - 20 : 30
 Y aller avec TED Petit Bus
 Babysitting
 La page de l'artiste
 Tandem
Achat en ligne
  • À l’occasion de l’exposition Le modèle noir, de Géricault à Matisse, le musée d’Orsay a invité Abd Al Malik. Le célèbre poète, rappeur, slameur et essayiste y a créé un spectacle conçu avec le chorégraphe burkinabé Salia Sanou. Accompagné de quatre danseurs, de musiciens et de projection d’oeuvres picturales, le chanteur nous convie à un moment rare, inédit rempli d’humanité…

    «Le Jeune Noir à l’Épée est d’abord le titre d’une peinture de Pierre Puvis de Chavannes qui m’a bouleversé. Pour moi qui ambitionnais d’écrire un long poème, à ma manière, sur l’identité à l’ère de la mondialisation, à la croisée du langage poétique de Baudelaire et de la philosophie de Glissant, ce tableau fut une révélation. Le Jeune Noir à l’épée, par sa singularité criante en termes de symbolisme et de représentation de la figure noire, me raconte émotionnellement une histoire qui s’inscrit dans le monde de pauvreté et de béton que j’ai connu toute ma vie. C’est donc tout naturellement que s’exprime sous ma plume, propulsé à notre époque, ce jeune noir, à peine sorti de prison, dans sa cité HLM. L’histoire de ce jeune noir est entrecoupée, fractionnée. C’est une rébellion rythmée, déclamée, rappée, slamée et chantée sur une musique noire, blanche, métisse, ancienne et moderne, faite de fragments mélodiques, d’échantillons musicaux disparates, dont la mise en relation accidentelle et inattendue verra surgir, contre toute attente, du nouveau et de l’harmonieux. Ceci comme allégorie du cheminement du jeune noir de cette histoire et de ces nouvelles générations, dont je fais partie, nées en Europe et dont les racines prennent leurs origines sur le continent africain ancestral». Abd Al Malik

    Rencontre - dédicace avec l'artiste à l'issue de la représentation !

    LA PRESSE EN PARLE

    Abd Al Malik a convoqué toute la palette de ses talents pour nous emmener en voyage dans sa mémoire de jeune noir de banlieue. (…) Charles Baudelaire, Edouard Glissant, Léo Ferré, inspirent discrètement les textes du slameur mais sans conteste des réminiscences de Jacques Brel habitent le coeur d’Abd Al Malik. Sa composition poétique, d’une précision ensorcelante, fait adhérer le public de façon quasi chamanique…MA Sevestre, théâtredublog

    Tandis que Abd Al Malik scande alternativement ses propres textes et quelques poèmes de Baudelaire, quatre danseurs – formidables – interprètent une chorégraphie de lutte et de résistance. Dans chaque pose, dans chaque geste s’affirme une façon de magnifier les corps dans l’espace qui renvoie au passionnant parcours iconographique. Isabelle Calabre, dansercanalhistorique

  • Distribution

    • COPRODUCTION : Musée d’Orsay, Décibels Production et Théâtre de la Ville.
    • CRÉDIT PHOTO : Fabien Coste.








VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.